PATHOLOGIE PERSONNE AGEE

La personne âgée, à domicile ou en institut, est particulièrement propice à la dénutrition.
 

La personne âgée doit moins manger.          FAUX

Cuisinier maison

La diminution de la sensitivité (olfactive, gustative) entraîne une baisse de l'appétit. Mais ce n'est  pas parceque  le sénior est moins actif qu'il doit moins se nourrir! En effet, les besoins nutritionnels sont sensiblement identiques. Ils comprennent:

 

  • la dépense énergétique au repos (pour 60%) des  dépenses  énergétiques  totales (principalement représentée par le métabolisme de base, dépense  énergétique incompressible correspondant au métabolisme oxydatif nécessaire  au  maintien  de  la  vie.)

  • La dépense énergétique liée à l'effet thermique des aliments (10 % des dépenses énergétiques totales). Cet effet  thermique  reste  quasiment inchangé chez le sujet âgé.

  • La dépense énergétique liée à l'activité  physique  représente la  part variable des dépenses. L'activité physique diminue avec le vieillissement. Cependant,  la  dépense  énergétique nécessaire pour assurer le même exercice physique est identique voire supérieure chez le sujet âgé. Le sénior doit donc se nourrir suffisamment. Une perte de poids indiquera une diminution des apports alimentaires et un signal d'alarme pour réadapter de manière adéquate les repas.

Perdre du poids après 65 ans est une bonne chose.     FAUX

La thérapie principale

La perte de poids de la personne âgée est due à une malnutrition du fait de la sénescence progressive des cellules intestinales entraînant la diminution de l'absorption des nutriments.

De nombreuses croyances persistantes consistent à croire que l'on doit moins manger en vieillissant.
Cela provoque pourtant une perte de poids, une fonte musculaire, créé une perte de force musculaire, de la fatigue, des carences, un terrain favorable aux risques de chute ainsi qu'une baisse immunitaire.